Open/Close Menu Le sport sous un angle différent

À l’occasion d’une des plus grandes évolutions des arts martiaux vietnamiens, je voulais vous faire part de mon expérience dans une de ces disciplines que j’ai pratiquées assidument depuis mon enfance : le Viet vu dao.

Pour répondre aux questions que l’on me pose régulièrement , le Viet vu dao (À ne pas confondre avec le viet vo dao, un autre art martial vietnamien) reste l’art martial qui m’a donné l’envie de pratiquer d’autres sports de combat.

Actuellement les arts martiaux souffrent d’une mauvaise image (inefficacité). Malheureusement cette très mauvaise image est souvent justifiée (vous avez tous vu des grands maîtres faire tournoyer un élève sans même le toucher sur Youtube). Mais pour le coup le viet vu dao tire son épingle du jeu grâce à une approche plus ouverte et plus évolutive que dans certains autres arts martiaux traditionnels.

Pour faire simple, la montée des sports de combat comme le MMA, le pancrace… ternissent l’image des arts martiaux traditionnels en dénonçant les limites de ces derniers.

arts martiaux
Arts martiaux et Sports de combat

Il ne faut pas s’y tromper, les arts martiaux et les sports de combat suivent des voies, objectifs différents :

 

  • Les sports de combat prônent de manière générale, l’efficacité, la recherche du KO, le contrôle… Ces derniers partagent avec les arts martiaux des valeurs fortes et honorables.
  • Les arts martiaux à mon sens tendent à se perdent dans les protocoles, le côté mystique, la hiérarchie, la quête du grade au détriment de la véritable pratique… Mais on ne leur enlèvera jamais leur essence même : leur expérience séculaire.

La limite des arts martiaux :

Autant être clair, si vous voulez apprendre à vous défendre efficacement contre un agresseur, les arts martiaux et sports de combat peuvent paraître superflus : quelques astuces peuvent suffire à désamorcer une situation dangereuse.

arts martiaux
Self Defense

Cependant l’apprentissage sera plus rapide et « réel » grâce aux sports de combat.

 

Les arts martiaux quant à eux, ont eu la part belle pendant des décennies voire des siècles, car les codes et mœurs des sociétés correspondaient à l’esprit martial. Mais dans notre société actuelle où la violence est quotidienne, les arts martiaux connaissent maintenant une limite.

L’erreur récurrente, c’est de comparer les arts martiaux avec les sports de combat.

Il est inadapté de tenter une telle comparaison entre ces disciplines pour une raison simple : Les objectifs sont différents, le public aussi.

Les arts martiaux vous enseignent un art de vivre, une ouverture sur le monde, une culture riche, une analyse et une maîtrise de votre corps dans un contexte codifié et planifié. Dans les sports de combat on vous apprend essentiellement à vous battre et être meilleur que votre adversaire.

L’un n’est ni meilleur ni plus mauvais que l’autre, il faut juste savoir pourquoi à un moment donné vous voulez donner un coup de poing.

Le viet vu dao m’a beaucoup apporté :

Arts martiaux
1er trip dans le berceau des arts martiaux vietnamien

Le viet vu dao fait partie intégrante des arts martiaux vietnamiens traditionnels. Pour moi, j’ai commencé cet art à l’âge de 5ans pensant faire du karaté.

 

J’ai tout de suite accroché, l’ambiance, le charisme de mon prof, le coté martial de la discipline, le coté physique… tout m’a plus et tout de suite, mais c’est vraiment la rencontre avec mon prof (Pierrot) qui a fait que j’ai continué toutes ces années. Un autre prof ne m’aurait peut-être pas autant motivé.

J’ai commencé en 1990 dans un club marseillais situé à 2 pas de ma maison dans les quartiers nord. J’ai baigné dans les films de Bruce Lee, Gordon Liu, Jackie Chan…

Arts martiaux
Les films d’arts martiaux de mon enfance

j’avais l’impression d’être un samouraï à chaque fois que j’enfilais mon kimono (vo phuc en vietnamien). Bref une époque où si on voulait apprendre à se battre on avait le choix entre le karaté, le judo, la boxe ou la rue.

 

25 ans plus tard je pratique toujours cet art martial mais avec un regard différent. Les années ont passé, mon cursus pro m’a amené à côtoyer les sports de combat, et j’ai senti un malaise entre ma pratique et le monde du MMA. Ça va bientôt faire 10 ans que je pratique les sports de combat et cette pratique n’est pas incompatible avec les arts martiaux, bien au contraire.

J’ai pu introduire dans les sports de combat une approche plus posée plus stratégique, alors que j’ai durci mon jeu dans les arts martiaux.

Les arts martiaux n’enseignent pas seulement un système de défense.

Le viet vu dao, m’a complètement canalisé, j’ai appris à me contrôler, me « maîtriser » et surtout j’ai découvert la pédagogie, l’enseignement, une culture et rencontré une véritable famille.

On peut dire que le VVD (c’est comme ça qu’on le nomme entre nous) m’a éduqué, c’est grâce au VVD, que j’ai trouvé ma voie professionnelle dans l’enseignement. C’est aussi lui qui m’a appris à me dépasser à ne jamais lâcher même si tout semble perdu.

arts martiaux

Les arts martiaux ont cette force de faire ressortir le meilleur chez une personne. J’ai aussi appris à ne pas avoir l’appréhension de m’exprimer en public et à gérer mon stress, ce qui est très utile dans un métier comme le mien. Si je n’avais pas connu cette discipline et surtout ce prof, je serai quelqu’un de complétement différent.

Ce que je peux reprocher aux arts martiaux

Malheureusement, depuis quelques années, les arts martiaux ont une bien mauvaise image. Certains ont tenté maladroitement de garder leurs adhérents en proposant des combats plus engagés, plus durs pour éviter que leurs pratiquants partent dans les sports de combat. C’est à mon sens une erreur que de vouloir concurrencer les sports de combat.

Comme j’ai pu l’écrire précédemment, les arts martiaux ne peuvent pas rivaliser en terme d’efficacité, les techniques enseignées ne peuvent pas être reproduites dans la rue, personne ne vous attaquera en position codifiée, il faut être réaliste. Certes vous apprendrez des parades, des esquives, vous conditionnerez des réflexes etc… mais il est illusoire de penser pouvoir replacer une technique apprise en « coopération » avec votre partenaire dans un véritable combat de rue.

Arts martiaux
Viet vu dao – Ciseaux

Dans le viet vu dao, on apprend aussi des techniques difficiles à reproduire en combat réel, mais les profs de manière générale, sont là pour expliquer la distinction à faire entre apprentissage technique et véritable combat.

 

Et puis il ne faut pas oublier que dans les arts martiaux, vous apprenez des techniques, vous pratiquez des enchaînements (quyens en vietnamien, l’équivalent des katas en karaté), et vous apprenez le maniement de plusieurs armes.

Dans le VVD, vous apprendrez tout ça et vous pourrez aussi découvrir un aspect plus combatif à travers les assauts et les compétitions. Le KO est autorisé, les coups sont réellement portés sur l’ensemble du corps (excepté dans les parties et certaines zones de la tête), les fauchages, balayages et projections sont autorisées. Seul le combat au sol est interdit. (C’est la raison pour laquelle je pratique aujourd’hui le jiu jitsu brésilien)

À chaque fois que je tourne dans des clubs MMA, les gens sont étonnés quand je leur dis que je viens des arts martiaux. Ils ne s’attendent pas à ce qu’ils puissent être mis KO par un « artiste martial ». C’est cette image que je souhaite combattre.

Il serait vain de croire que dans les arts martiaux, il n’y a pas de véritables combattants. Vous pourriez être surpris !

N’hésitez pas à partager, commenter et noter l’article s’il vous a plus.

[Total : 9    Moyenne : 3.2/5]
  1. 15 septembre 2015

    Merci Nico pour cet article complet, tout est dit !
    Il serait dommage de coller une image d’inefficacité à un art séculaire ayant fait ces preuve au fil des décennies et devrais-je dire même des siècles pour certaines disciplines.

    • 15 septembre 2015

      Merci Olive. C’est sur qu’à l’origine, les techniques sont efficaces, mais avec l’évolution de la société, les arts martiaux doivent se recentrer sur le principal et s’ouvrir à de nouveau mode de transmission 😉

  2. 15 septembre 2015

    Un article très complet ou tout est dit. Bravo. Cela renvoie à l éternelle question. Les arts martiaux ont été pratique dans des sociétés déjà violentes a l époque. Cette violente est juste différente aujourd’hui. Est que c est aux arts martiaux traditionnels de s adapter à ce nouveau type de violence ?
    Doivent t ils conserver à tout prix leurs traditions au détriment d une certaine efficacité.

  3. 16 septembre 2015

    J’aime beaucoup ton article!

    Il est vrai que souvent, les personnes mettent dans le même panier arts martiaux et sports de combat.

    Mais, pour les initiés, la différence est plus que notable.
    L’histoire, les techniques, les influences, … de chacun les distinguent.
    Mais les 2 peuvent se compléter. Ou plutôt se complètent, car tu es l’exemple parfait du pratiquant pluridisciplinaire qui cherche un éventail complet de techniques (si je peux l’exprimer ainsi).

    Je pense même que dans notre société actuelle, l’un ne pourrait pas exister sans l’autre, car il en faut pour tous les goûts non?!?

    Je finirai par:
    QU’EST CE QUE ÇA ME MANQUE!

  4. 22 octobre 2015

    J’apprécie beaucoup ton article qui met les choses en lumière. Certes un art martial n’est pas un sport de combat, mais il prépare aussi le pratiquant à la mise en pratique de ce qu’il a appris si nécessaire.
    A bientôt

  5. 7 décembre 2015

    Un article très plaisant à lire Nico, notamment sur les différentes critiques (bonnes et mauvaises) que tu peux y apporter. C’est un domaine (arts martiaux, sports de combat) qui m’a toujours intrigué et les nuances que tu apportes avec ton expérience sont très enrichissantes.

    Je suis en ce moment en train de travailler sur le domaine du self défense avec un instructeur certifié, ancien champion de france et vice champion du monde tae kwon do. Il partage les mêmes opinions que toi sur la différence entre la rue et le tatami et interroge aujourd’hui le transfert possible des fondamentaux des arts martiaux et sports de combat à la rue, notamment pour les pratiquants peu expérimentés.

    Je me remémore encore tes histoires d’embrouille où tes adversaires étaient tombés sur un os en te cherchant des noises. Après que cet os fût ton tibia, ton genou ou ton coude, l’histoire ne le dit pas.

    J’aurais aimé en apprendre un peu plus sur les fondamentaux du JJB. Est ce que ça te dérangerait que je vienne faire un saut du côté de Marseille pour que tu me fasses découvrir le sport dans lequel tu laisses quelques gouttes de sueur?

    Au plaisir de te lire.

    Renaud

    • 8 décembre 2015

      Salut Renaud, merci pour ton message ca me fait plaisir. T’es le bienvenue sur Marseille je peux t’héberger si tu veux, téléphone-moi quand tu veux qu’on s’organise une petite session JJB. La bise

  6. 22 décembre 2015

    j ai pratiqué aussi le viet vu dao pendant plusieurs années a marseille avec maitre nguyen cuong tot .les cours étaient passionnants avec l en seignement des techniques ( clés balayages ciseaux….)et des quyens equivalent ds katas en karaté.Au bout de quelques annéees je maitrisais les cinq premiers quyens de l école de yi dan a wu dan.on avait au début une petite salle prés du vieux port au cours jean ballard.

Write a comment:

*

Your email address will not be published.

Logo_footer   
     © 2017 SportHouse | Coach sportif la ciotat / Marseille

Suivez moi :