pedagogie sportive et optimisation de la performance

La pedagogie sportive est un levier extraordinaire de performance. Malheureusement peu de personnes sont formées dans l’encadrement des sportifs.

La pedagogie sportive est un sujet qui m’a toujours intéressé de par mon métier de coach et ma passion (Les arts martiaux et sports de combat) mais aussi les moyens de communications (PNL, Analyse transactionnelle…).

Ce qui suit est un échange que j’ai eu par mail avec un excellent ami et prof de Viet Vu Dao (discipline que je pratique depuis tout petit) autant dire que c’est un ami de longue date sur qui je peux compter et qui est toujours de bon conseil.

Je vous laisse découvrir les propos de mon ami Olivier T.

Les propos d’Olivier sur la Pedagogie Sportive

Suite à notre atelier sur la pedagogie sportive d’hier soir au club, je me permets de vous livrer quelques réflexions autour de notre positionnement sur la pedagogie sportive en tant qu’enseignant de VVD (Viet Vu Dao) et au sens plus large de professeur d’arts martiaux et sports de combat.

Ces réflexions sont issues de mon expérience dans le domaine, et de cette année de DEA en Sciences de l’éducation que je viens de terminer (ouf !).

Pedagogie sportive : Les idées préconçues en matière d’éducation

On a tous en tête cette image de l’école avec le prof, qui sait (possède la connaissance), positionné bien en haut sur son estrade, et qui essaie de faire passer son savoir dans la tête de l’élève, qui ne sait rien, et qui le regarde d’en bas.

Posture qui flatte l’égo du prof, le place en situation de toute puissance, et lui confère un pouvoir absolu sur l’élève. Pouvoir de, puissance de manipulation, voire bcp, bcp plus …

« Cette conception de l’éducation est purement et simplement révolue. »

pedagogie sportive 2

Pedagogie sportive : les nouveautés

Pourquoi ?

1/ La pedagogie sportive d’un point de vue cognitif / (i.e. façon de traiter et de stocker l’information reçue), nous fonctionnons tous différemment. Si la situation décrite plus haut du prof sur son estrade qui explique peut fonctionner pour certains, ils ne représentent plus que 10% des formateurs et professeurs que vous rencontrez.

Pour les autres, ce processus est inadapté. Cognitivement parlant, les autres auront besoin d’un autre contexte pour s’approprier l’information.

La plupart (85%) sont visuels, et/ou auditifs d’autres kinesthésiques d’autres encore olfactifs et même gustatifs.

Chacun de nous privilégie un ou deux canaux (visuel ou auditif) c’est à l’accompagnant, au formateur de se mettre en osmose avec l’élève en privilégiant le canal utilisé à l’instant « T » par cet apprenant. De cette manière l’apprenant ne sera pas embrouillé et assimilera d’autant mieux l’info et traduira plus facilement sa représentation mentale avec son corps, son ressenti,

De manière générale, j’ai tendance à penser que souvent, comprendre les choses intellectuellement ne suffit pas.

pedagogie sportiveCertains sont « cérébrales » et assimilent très bien l’information d’un point de vue intellectuel, d’autres sont vite embrouillés. Mais ça ne veut pas dire qu’ils sont bêtes !! Eux vont peut-être mieux assimiler l’info en faisant, avec leur corps, ou encore en vivant des situations, avec leurs émotions.  De manière générale, j’ai tendance à penser que souvent, comprendre les choses intellectuellement ne suffit pas.

2/ La pedagogie sportive et la motivation / Parce que motiver quelqu’un, c’est impossible ! Parce quimposer, à quelqu’un du sens à une action donnée, c’est impossible !

La seule chose que vous pouvez faire, c’est créer les conditions favorables pour que l’autre se motive, tout seul. Pour que l’autre mette du sens, tout seul, sur l’action que vous lui proposez.

C’est tout ! C’est étonnant, parce que ça donne au prof l’impression qu’il ne fait rien. Ça peut être frustrant. Pour le prof, ça lui retourne un vécu sensoriel, émotionnel, et « égotique » très pauvre.

Pourtant maintenir cette ligne de conduite, cette intention de faire, ou plutôt de ne pas faire, est un exercice très difficile …

3/ Pedagogie sportive : L’apprenant au centre du processus / Les apprenants apprennent souvent mieux en étant responsabilisés et en se retrouvant en situation, notamment avec d’autres apprenants, sans le prof. On appelle ça le « conflit social cognitif« .

Pedagogie sportive : La posture de l’enseignant Viet Vu Dao et/ou autre discipline

1/ La pedagogie sportive d’un point de vue cognitif

2/ La pedagogie sportive et la motivation

3/ Pedagogie sportive : L’apprenant au centre du processus

Ces 3 points vus demandent au prof de descendre de son estrade, de son piédestal.

Cela demande au prof d’abandonner cette situation valorisante liée à cette ancienne conception de la pedagogie sportive.

Le prof devient un « guide », c’est à dire un accompagnant.

Il ne se regarde plus lui. Il regarde l’apprenant, avec empathie et bienveillance. Il l’écoute !

Il cherche à déceler ses besoins, ses processus cognitifs, pour pouvoir l’accompagner le plus efficacement possible.

Le rôle du guide, du prof, du coach, de l’entraîneur, dans son cours, dans son club c’est :

1/ De créer les conditions favorables, pour que l’apprenant découvre tout seul, par lui-même, la technique que le guide souhaite lui enseigner. Cela demande notamment d’arrêter de l’ensevelir sous une montagne d’explications. On donne quelques indications de départ, et on laisse faire. « Eclairer sans éblouir » …

2/ De créer les conditions favorables, pour que l’apprenant se motive seul

3/ De créer les conditions favorables, pour que l’apprenant mette lui-même du sens, et celui qu’il veut, aux actions que l’on met en évidence dans notre cours (typiquement le rituel lié à la pratique).

4/ De créer les conditions favorables, pour que l’apprenant apprenne des autres

Mais avant toute chose son rôle c’est d’accueillir inconditionnellement les apprenants, avec leurs différences.

À partir du moment où le guide a mis sa ceinture, (et à vrai dire même sans la ceinture), le guide ne juge pas ! Ce qui implique, par voie de conséquence, qu’il ne s’emporte pas …

À partir du moment où le guide a mis sa ceinture, il représente son école, son club, sa team pas simplement sa propre personne, et d’ailleurs, ce n’est plus sa propre personne qu’il représente.

La pedagogie et la stratégie, c’est pareil !

Si en combat, vous vous regardez vous, mais pas votre adversaire, que va-t-il se passer ?

Si en combat, votre égo, et donc vos émotions prennent le dessus, que va-t-il se passer ?

Par ailleurs la stratégie, contrairement aux apparences, ce n’est pas gagner par la force.

La stratégie, c’est créer les conditions favorables pour que l’adversaire abandonne le combat et accepte les conditions que vous souhaitez lui imposer.pedagogie sportive et strategie

C’est une décision psychologique que l’on souhaite atteindre. L’action par la force est une option pour y parvenir. De loin pas la seule, et bien souvent ni la plus efficace ni la plus recommandable. Et cette décision, seul l’adversaire peut la prendre. À l’inverse, tant que vous-même, vous ne l’avez pas prise, vous n’êtes pas battu. Soumis temporairement, peut-être, mais pas battu.

Je vous mets à l’aise …

Je ne prétends pas tout savoir et avoir raison dans tout ce que j’ai exposé ici. Je ne prétends pas toujours parvenir à faire tout ce que j’ai dit ici.

Et dans les nouvelles pedagogies, on considère l’échec comme une source d’information primordiale (Assimilation, Équilibration), en dépassant la petite piqûre qu’elle induit.

Il faut se souvenir de l’échec d’hier sans culpabilité, apprendre de lui, et recommencer !

Bonnes réflexions à vous.

J’espère que ce petit article vous a permis de découvrir une nouvelle pedagogie sportive centrée sur l’apprenant.

[Total : 7    Moyenne : 4.3/5]
Si vous avez aimé cet article n’hésitez pas à mettre plein d’étoiles et n’oubliez pas de partager l’article avec vos amis.
Liens utiles et quelques lectures
  • Participation and attrition of Children in kids of steel (tim seifert / faculty of education)
  • Children’s motivation for participation in and withdrawal from sport: Identifying the missing links. Pediatric exercise Science, 1, 195-211. Weiss, M & Petlichkoff, L (1989).
  • Pedagogie sportive et conditions d’apprentissage – Pierre Trudel & Jean Côté
  • Le mental des champions : Comprendre la réussite spmortive – Hubert Ripoll Edition Payot & Rivages 2008
Write a comment:

*

Your email address will not be published.

Logo_footer   
     © 2017 SportHouse | Coach sportif la ciotat / Marseille

Suivez moi :