Open/Close Menu Le sport sous un angle différent
Utilisation du froid

Utilisation du froid sur une blessure, dans le milieu sportif est chose courante. Préparateurs physiques, coach sportifs, entraîneurs… tout le monde conseille l’utilisation du froid sur une blessure. Moi-même, par habitude j’ai longtemps conseillé de suivre le protocole R.I.C.E (rest, Ice, Contention, Elevation) ou GREC en français pour Glace, Repos, Élévation et Compression. Ce protocole établi par le Dr Mirikin dans les années 78’ a eu la part belle mais qu’en est-il maintenant ?

Mea Culpa : J’ai depuis longtemps mis en avant les avantages du froid sur la blessure (aussi bien pour moi que pour mes athlètes)

Lisant beaucoup d’articles et de blogs sur le sport, la santé, la recherche… je suis tombé sur un dossier complet sur le manque d’efficacité de ce protocole. Beaucoup d’articles reprennent les propos du Dr Mirkin, en effet ce dernier est revenu sur son propre protocole pour en montrer les limites.

Pour être tout à fait franc,  j’étais parti dans l’idée d’écrire un article montrant les limites de l’action du froid sur les blessures. Nombres de bloggeurs sportifs vont dans ce sens mais au fil de mes recherches (j’ai mis les liens des articles scientifiques utilisés) je me suis aperçu qu’il faut « tempérer » tout ça. Évidemment je ne fais jamais rien comme les autres mais au moins je peux vous proposer une véritable discussion basée sur des preuves scientifiques solides.

Le froid : La polémique dont tout le monde parle sur le net

« Winter is coming » le gimmick de la série Game of Throne a du geler le cerveau de quelques coach sportifs depuis la reprise de la série.

Utilisation du froid pour le sport
Utilisation du froid pour le sport

En effet je vois et lis de plus en plus d’articles sur l’action du froid sur les blessures. C’est probablement dû à l’essor des centres de cryothérapie qui pullulent un peu partout.

Pour éviter tout commentaire inutile, je ne suis pas pro ou détracteur des centres de cryothérapie, je donnerai mon avis sur les réseaux sociaux si ça vous intéresse (Page FaceBook).

Si je devais résumer en une phrase la tendance actuelle sur l’utilisation du froid voici celle que je choisirai : Le froid double le temps de guérison (évidemment c’est accrocheur).

Les principes d’action du froid sur le corps

Notre corps fonctionne de manière optimale à une température de 37.5°C c’est un fait. Il est même souvent au-dessus de cette température mais notre machine est tellement bien construite qu’on a un système d’autorégulation : L’homéostasie.

Les « nouveaux détracteurs » de l’utilisation du froid vont mettre en avant que le corps a besoin de chaleur pour bien fonctionner, et je les rejoins sur ce point. Avant chaque activité physique par exemple on a besoin de « s’échauffer » (tout est dans le terme).

Mécaniquement ou bio-mécaniquement parlant, le corps fonctionne mieux dans un milieu chaud. Attention je ne suis pas en train de dire qu’il faut faire du sport dans un sauna.

Si on rentre un peu dans les détails, la chaleur permet des échanges nerveux, électriques, chimiques… plus rapides.

Il est vrai et je partage cet avis, qu’une articulation blessée qui a « dégonflé » et qui ne fait plus mal ne signifie pas que la blessure est guérie. Si vous êtes blessé et que vous pensez reprendre les entraînements rapidement je vous conseille ce petit article qui vous évitera certainement la « surblessure » (Article sur la gestion des blessures)

Redonnons un peu de légitimité au froid, voici tout ce qu’il permet :

  • Puissant analgésique, il diminue la douleur en endormant les terminaisons nerveuses,
  • Il réduit le gonflement des tissus,
  • Il réduit le diamètre des vaisseaux, capillaires sanguins la vasoconstriction permet d’éviter la perte de calories au niveau des zones périphériques (protège les organes vitaux),
  • Il ralentit la production de synovie dans l’articulation,
  • Il ralentit tout le système

Le problème de communication et les avis trop tranchés sur l’utilisation du froid

Si on s’arrête à ça ainsi qu’aux propos du créateur du protocole RICE, il est facile de discréditer l’action du froid. Je pense que c’est plus un manque de communication qu’autre chose.

Certains raisonnements sont vraiment limites. Le corps est une merveille de performance et d’auto régulation, auto réparation… mais quelquefois il ne faut pas aller trop loin. Attention argument un peu délicat : La diarrhée. C’est une forme d’autorégulation, de purge etc… si on suit le raisonnement de certains, ce merveilleux corps qui se répare tout seul crée ce mécanisme, je me demande si ces mêmes personnes accepteraient aussi bien ce « désagrément » ou s’ils se jetteraient sur la 1ère boite de smecta / imodium

Quand on peut soulager la douleur pourquoi s’en priver. Le processus de guérison sera-t-il plus long ? Pas si sûr.

Autre argument avancé, le ralentissement du processus inflammatoire par le froid. L’inflammation est une action induite par le système immunitaire pour évacuer les « débris » engendrés par une blessure. Elle apporte tout le matos nécessaire à la réparation des tissus. Le froid ralentit le processus inflammatoire. Ce qui est vrai c’est que de plus en plus de médecins évitent de prescrire des anti-inflammatoires stéroïdiens. Le font il pour ces raisons là je n’en sais rien.

Dans quel cas faut-il mettre du froid ou du chaud ?

Je pense que vous l’avez compris, le débat de l’utilisation du chaud et du froid est un faux débat. Tout vient d’une étude [1] faite en 2013 qui a montré dans un contexte bien défini que l’action du froid avait eu un effet inefficace sur la blessure d’un athlète. Si on va plus loin dans cette recherche, on s’aperçoit que l’objectif était de mesurer la « guérison ». Et c’est bien là le problème, le froid ne guérit pas il soulage. Je sens que vous êtes un peu sur votre fin.

Utilisation du froid traitement
Utilisation du froid traitement

Ce qu’il faut retenir sur l’utilisation du froid

L’utilisation du froid est bénéfique sur certains types de blessure et uniquement dans les 24 à 48h post blessure. On utilise le froid pour réduire la douleur de certaines pathologies. On n’est plus dans un protocole « rapide » mais dans un traitement à long terme, je pense à l’arthrose, fibromyalgie, rhumatisme, sclérose en plaque… Le but n’est pas de guérir mais de SOULAGER. Le froid doit être considéré comme un traitement à court terme, pour les douleurs chroniques notamment celle du bas du dos, préférez l’utilisation du chaud

Quand faut-il mettre du froid ?

  • Entorses ligamentaires
  • Tensions musculaires
  • Sévères ecchymoses
  • Pour éviter les épanchements de sang et la création d’hématomes
  • Syndrome du canal carpien, épicondylite du coude (tennis elbow), tendinite sus-épineuse, syndrome de la bandelette iliotibiale, syndrome douloureux fémoro-patellaire…

Conclusion sur l’utilisation du froid

Cet article a été difficile à écrire car les informations se contredisent en permanence et quand on trouve une publication dans un sens on s’aperçoit que le protocole est très limité, et quelques jours plus tard on trouve une autre publication qui dit le contraire.

Si vous devez retenir une chose de cet article, c’est qu’il n’y a pas de vérité absolue, j’aurai tendance à résumer l’action du froid à un traitement très court sur une zone blessée « fraîchement » et uniquement pour soulager la sensation de douleur. Le mieux est d’aller voir votre médecin et de soigner la blessure par des traitements de types kiné, quiro, ostéo, massages…

 

N’hésitez pas à commenter et faire part de votre propre expérience le sujet est vaste

Nico

Coach sportif La Ciotat / Marseille
0619675731
Salut, Moncoachsportifenligne est un site animé par des passionnés de sport. On parle sports, entrainements, produits, vidéos. Bref on traite le sport sous un angle différent.

Abonnez-vous à la Newsletter

* Champs obligatoire



Comment avez vous découvert le site ?

Notes et sources

[1] Tseng CY, Lee JP, Tsai YS, et al. Topical cooling (icing) delays recovery from eccentric exercise-induced muscle damage. J Strength Cond Res. 2013 May;27(5):1354–61. PubMed #22820210.

[2] Collins NC. Is ice right? Does cryotherapy improve outcome for acute soft tissue injury? Emerg Med J. 2008 Feb;25(2):65–8. PubMed #18212134.

[3] Malanga GA, Yan N, Stark J. Mechanisms and efficacy of heat and cold therapies for musculoskeletal injury. Postgrad Med. 2015 Jan;127(1):57–65. PubMed #25526231.

[/column]
Write a comment:

*

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Logo_footer   
     © 2017 SportHouse | Coach sportif la ciotat / Marseille

Suivez moi :